Francis, retour sur son UTB

Partager:

Francis, « finisher » en 23″09′ 30 » .  91° /   1° participation.

L’UTB déjà si loin mais encore très présent dans mon esprit. Avant toute analyse de course, j’ai été ravi de participer à cet ultra. Mis à part ma prestation tout était parfait. La beauté des sites traversés a fait oublier un peu l’âpreté du parcours.

Y a-t-il eu de bons moments? Le meilleur aura été celui de l’arrivée en pleine nuit où chaque arrivant est fêté comme un vainqueur.


Des bons moments il y en a à chaque ravitaillement où les bénévoles étaient vraiment aux petits soins pour les traileurs.

Pour ce qui est de ma course je ne dirai pas que finir dans les 100 m’a satisfait. Cet ultra était mon objectif de l’année mais j’ai passé à côté. Tant pis je l’ai accepté surtout quand de retour à l’hébergement j’ai pu constater que j’étais le seul finisher mais aussi le plus âgé!!!

Pourquoi cet « échec »? Comme de nombreux coureurs j’ai eu une première moitié de parcours difficile, comme de nombreux coureurs j’ai souffert de problèmes gastriques et donc de difficultés à m’alimenter. Photos Romain de St Jores (39) - Copie Néanmoins j’ai décidé de poursuivre pour au moins aller au 50ème km où je déciderai de la suite. Au 50ème je n’avais toujours pas la forme olympique mais une petite voix me conseillait de continuer, que j’irai au bout.

La tombée de nuit, la fraîcheur nocturne me requinquaient. J’étais heureux même si je ne profitais plus de l’environnement. Je me suis fais vraiment plaisir dans la descente finale que j’ai avalé tout en courant. C’était périlleux et pour cause. Lors d’un ravitaillement j’ai perdu mes lunettes de vue, sans être réellement handicapant je devais redoubler de vigilance dans cette forêt où racines et pierres étaient autant de pièges qu’il fallait éviter.

Mes meilleurs sites ?  j’ai particulièrement aimé le passage de la passerelle et la traversée du tunnel.

426_4

Pour la convivialité il faut que je nuance mon propos antérieur (portrait d’avant course). Un ultra n’a rien de commun avec un trail de distance plus courte. J’ai pris beaucoup de plaisir à faire des bouts de chemin avec d’autres concurrents, à encourager d’autres et aussi de me voir encouragé.

Le moment fort de cet épreuve restera incontestablement l’arrivée, mais tout dans l’organisation m’incite à retenter l’expérience.

Après cet ultra je me suis adonné au vélo histoire de préserver un genou qui me pose problème et puis j’ai fini la saison par l’unique course sur route de l’année, à savoir Marseille-Cassis que je boucle en 1h30 sans grande préparation spécifique.

Pour l’heure je prépare le périple annuel en vélo avec des amis et je pense sérieusement à les emmener découvrir les beauté du Beaufortain. Francis

Partager: