Descriptif de l’itinéraire

5895
0
Partager:

Descriptif de l’itinéraire

La nuit sera encore bien présente, à 4 heure du matin, lorsque vous quitterez le plan d’eau de Queige (alt. 530 m), petit village à l’entrée du Beaufortain.

C’est par l’ancienne route de Beaufort, un chemin muletier, que vous effectuerez votre premier kilomètre, permettant à la fois l’étirement du peloton et un échauffement sur un profil « acceptable ».

 

Au hameau de Villarasson, la petite route de Molliessoullaz, vous permettra de rejoindre le tracé du Sentier du Tour du Beaufortain (alt. 650 m) qui vous conduira au  Col de la Roche Pourrie (Frette basse, la dénomination locale) (alt. 2050 m ; km 9,5), que vous atteindrez au petit jour. Ces 1500 m d’efforts vous auront conduits sur les alpages et terres sauvages qui constituent l’essentiel de l’itinéraire de l’Ultra Tour.

Sur votre droite, en traversant les alpages des Hauts de Tours, les lumières du bassin Albertvillois et de la basse Tarentaise s’apaiseront, au fil de votre progression vers le Col des Lacs (alt. 2250 m) puis du Col de la Bathie (alt. 1889 m). A cet endroit, face à vous, le levé du soleil sur le Mont Blanc illuminera la vallée d’Arêches

 

Très vite, vous rejoindrez le refuge des Arolles (alt. 1900 m) ou se tiendra le premier ravitaillement. Vous êtes à l’extrémité de la station de ski d’Arêches Beaufort.

Ensuite l’itinéraire, très sauvage, quelque fois escarpé traverse les Alpages des Combettes, l’étonnant Lac Tournant (alt. 2000 m), puis vous conduira de nouveau sur le domaine skiable. Par la piste de ski des Bonnets rouges, vous rejoindrez  la côte 1950, sous la Tête du Cuvy. Sur votre droite, un sentier balcon, bordé de myrtillés et rhododendrons, vous conduira aux chalets de Rognoux, (au départ du téléski des Grangettes) puis, à travers une forêt de conifères vous descendrez jusqu’au « bout du lac » de St Guérin (alt. 1557 m).

Vous contournerez le lac, par la droite, pour le traverser par la  passerelle mise en service en 2012  (km 26,5) qui enjambe les gorges du Pontcellamont.

De là, débute la  longue ascension du Cormet d’Arêches  (alt. 2109 m) coupe en plusieurs points la piste 4×4, que vous emprunterez sur les 400 derniers mètres. C’est au Cormet que se tiendra le second ravitaillement. (km 30,5).

Ici, vous quittez le balisage rouge et jaune, pour rejoindre le Col du Coin (alt. 2398 m)par un magnifique sentier herbeux passant par la Croix du Berger.

Dès le Col du Coin franchit, après quelques rapides lacets, vous emprunterez le sentier pierreux, à flan sur la droite, sous l’imposante Pierra Menta, mythique sommet Beaufortain, jusqu’ au très agréable Lac d’Amour (alt.  2248 m), que vous contournerez par sa gauche.

Au lac, débute l’inédite ascension du Passeur de la Mintaz ou « Col à Tutu » (alt. 2570 m), petite sente herbeuse qui se rapproche considérablement de la Pierra Menta, l’environnement devient très minéral, pour atteindre le col au nom très interrogatif.

La courte descente de celui, équipée sur quelques mètres d’une main courante, posée par l’organisation, vous emmène par une traversée, au Col du Bresson (alt. 2469 m) puis au Refuge de Presset (alt. 2514 m) ou se tiendra le troisième ravitaillement (km 38).

C’est par la droite du Lac de Presset que débute la petite ascension du point culminant de l’épreuve, le Col du Grand Fond (alt. 2671 m). La vue sur le Mont Blanc vous impressionnera.

Au Col, sans perdre d’altitude, par une traversée sur la gauche sur un sentier pierreux vous gagnez rapidement la Brèche de Parozan (alt. 2660 m), qui domine  la vallée de Roselend.

La descente d’un immense pierrier, impressionnante mais facile et très rapide s’effectue par de petits lacets, jusqu’à retrouver à 2300 m la verdure de l’alpage de Parozan. C’est par son flan droit, sans perdre d’altitude que vous le contournerez, pour passer à coté  d’une imposante ruine, celle d’une étable « les Halles » vestige d’un passé très pastoral.

Plus loin, c’est au « Passage de Parozan » (alt. 2240m) que vous quittez ces espaces d’isolement, le panorama sur le Lac de Roselend et son barrage, vous ramèneront progressivement vers des contrées plus « civilisées », en effet, c’est à la Ruine de la Grande Berge (alt. 2072 m) que vous retrouvez le balisage rouge et blanc du GR 5.

 

 Par un joli sentier, vous traverserez un petit vallon au sol assez gras, puis des caillebotis vous aideront à franchir une zone marécageuse. Vous passerez devant le chalet de Petite Berge (alt. 2070 m), puis, par une descente sinueuse suivi d’un large chemin vous passerez devant le petit Refuge de  Plan Mya (alt. 1880 m), puis traverserez la route du Cormet de Roselend (très prisée des cyclistes et motards), au niveau du Refuge du Plan de la Laie.

Quelques centaines de mètres plus loin, se trouve le 4° ravitaillement du « Chalet du Roc du Vent » (km 48 ; alt.1813 m). C’est là que les seconds relayeurs entreront en scène.

C’est ici que débutera la grosse nouveauté de l’itinéraire, qui vous conduira au tunnel du Roc du vent, (km 50,5; alt 2190 m) après être passé au chalet de la Lauze. La traversée du tunnel, longue d’environ 70 mètres, s’effectue avec la lampe frontale. A sa sortie, un exceptionnel panorama sur le lac de Roselend devrait laisser de grands souvenirs…

Le tracé, continue, à flan, sur environ 1 km pour contourner l’imposant Roc du Vent. Plus loin, un cairn situe la bifurcation pour gravir sur votre droite, après quelques lacets le Col de la Lauze (km 53; alt. 2331 m). Ce col domine à la fois, le Plan de la Lai (au sud)et le hameau de la Gittaz ( au nord) votre prochain ravitaillement…

Mais, avant cela, c’est en suivant les crêtes jusqu’à la côte « 2432« , puis en longeant une « gouille » (une petite mare), que vous parviendrez, en descente, au Col des Sauces (km 54,5; alt. 2307), retrouvant ainsi l’itinéraire des UTB précédents.

Au col, face à vous, vous gravirez le fabuleux sentier des Crêtes des Gîtes, taillés à la fin du 19° siècle, par les  troupes alpines, à l’époque ou France et Italie étaient rivales.  Ce passage, impressionnant de loin, mais sans réelle difficulté est toutefois à aborder avec prudence. Au sommet, à l’altitude de 2538 m, vous serez à « deux pas » du  Refuge de la Croix du Bonhomme (alt. 2433 m ; km 57,5)

Par une traversée légèrement technique, vous arriverez au Col du Bonhomme (alt. 2329 m), matérialisé par une cabane, posée là comme un abri bus! Vous quitterez le balisage rouge et blanc, pour plongez sur votre gauche pour atteindre le « Chalet du Curé » (alt. 2001) dans le vallon de la Sauce.

Vous traverserez le torrent de la Gittaz, puis descendrez l’impressionnant « Chemin du Curé », taillé dans la falaise et dominant les gorges. Bien que large, pour y faire passer des troupeaux et des mulets, la prudence sera conseillée. A sa sortie, s’ouvre alors, le vallon de la Gittaz et son petit hameau, proche duquel se fera le 5° ravitaillement (alt.1665 m ; km 63,5).

 

Vous traverserez le cœur du hameau, composé de quelques chalets centenaires et de la magnifique chapelle, que vous longerez pour rejoindre le Col de La Gittaz (alt. 2300m). Cette ascension, assez longue, dans un décor de prairies d’alpage, emprunte de très vieux sentiers herbeux, mais également quelques pistes pastorales, nécessaires à l’agriculture contemporaine. Le col, très plat permet de « basculer » sur les hauteurs de la vallée d’Hauteluce qui dominent le barrage de la Girotte, que vous apercevrez sur votre gauche.

Un très agréable sentier, au profil descendant, longeant de petits lacs vous conduit en direction du chalet du Bolchu. Bien avant celui ci, l’itinéraire de l’UTB, oblique sur la droite, emprunte une sente, à travers rochers et rhododendrons pour rejoindre le pied du Col de la Fenêtre (alt. 2150 m), atteint par une courte remontée, d’une « cheminée », où vous retrouvez le balisage rouge et jaune du Tour du Beaufortain.

Là, le plus dure de l’Ultra Tour sera derrière vous…En effet, les 25 Kms suivants, qui précédent la descente finale, ne seront plus que pelouses verdoyantes, troupeaux avec leurs « carrons (sonnettes) » et reliefs adoucis. Vos aptitudes de coureurs à pied, pourront s’exprimer ! Pourtant, quelques difficultés subsistent,  tout d’abord une première bosse avant de rejoindre le Col du Joly (alt.1989 m) ou se tiendra le  6° ravitaillement (73,5 Kms). Vous êtes au cœur du domaine skiable des Contamines –Val Joly.

En quittant le ravitaillement, très vite vous rejoindrez, par une piste 4×4 longue de 500 mètres, le magnifique sentier balcon de « sous les Aiguilles Croches ». Puis, après une forte descente qui contourne un éperon rocheux, c’est une longue traversée montante qui vous amènera à la Croix de Pierre puis au Col du Véry (alt.1962 m).

Là, c’est une très raide grimpette qui vous conduit au Mont de Vorès (alt. 2067 m). Votre effort sera récompensé par un très agréable sentier d’alpage, à flan de montagne, avant l’arrivée au Mont Clocher (alt.1976 m ; km 84,5) et son imposante croix blanche.

De là, par une petite descente regagnez la piste 4×4 que vous traversez pour rejoindre un chemin plus ou moins herbeux, d’accès au sommet des télésièges de Gratary et Brichou. Vous entrez sur le domaine skiable des Saisies. Par une descente sur piste de ski enherbée, vous rejoindrez le parking de Plan Corbet, puis continuerez par un petit sentier, longeant la grosse piste 4×4, pour atteindre le Col de la Légette puis le Col de la Lézette (alt. 1785 m) et enfin descendre dans la station des Saisies et rejoindre le 7° ravitaillement (km 90) devant l’office du tourisme.

Ensuite, c’est une petite descente jusqu’à un Lac artificiel que vous contournez sur la droite, pour aborder la dernière sérieuse difficulté du parcours qui suit le tracé rectiligne du téléski des Gentianes  pour rejoindre un second lac artificiel avant de déboucher sur la petite route à 200 mètres du sommet :le Signal de Bisanne (alt. 1941).

Par un large chemin, sur la ligne de crête séparant le Val d’Arly à droite et le Beaufortain à gauche, gagnez rapidement le pied de la Croix de Coste (alt. 1814m), une dernière ascension, toute petite celle là! Vous entrez sur la commune de Queige.

Il ne vous reste qu’une dizaine de Kms de descente, aux chemins très variés en forêt principalement. A la première route goudronnée, traversez là,  et trouvez un minuscule sentier très souple, sur la gauche. (Le Vargne). Quelques Km plus loin, vous emprunterez une section goudronnée du parcours, environ 500 mètres (Lantonion). Par de petits sentiers qui coupent les lacets de la route, rejoignez à l’altitude de 850 mètres la variante du tour du Beaufortain, venant des Pémonts.

Après un petit oratoire, la pente s’accentue, vous devinez le village de Queige, enfin les premières maisons, une petite traversée à plat sur la droite, et enfin le cœur du village. Il ne vous reste qu’un kilomètre pour rejoindre l’arrivée que vous atteindrez après avoir traversé, par un passage souterrain obligatoire, la route départementale puis longerez le stade, traverserez le torrent du Doron, sur une passerelle installée uniquement pour l’UTB  avant de gagner la ligne d’arrivée et de remporter:

La Victoire, la Victoire sur vous-même!

 

 

 

 

Partager: