Petit lexique de l’Ultra Tour du Beaufortain

3146
0
Partager:
Parmis les concurrents de l’édition 2012, un certain « Courtapas » passioné de terroir et d’étymologie nous a fourni ce glossaire très intéressant, que nous vous livrons avec plaisir: 
Le Beaufortain respire l’authenticité. Celui qui cherche le luxe et le confort peut passer son chemin. Celui qui aspire à la quiétude et à l’émerveillement ne s’est pas trompé en choisissant cette destination.
Le Beaufortain est un massif préservé. Entre lacs, forêts, alpages et reliefs époustouflants, ce petit coin de paradis, jardin de l’explorateur-écrivain Frison Roche, est surnommé « le Pays aux Mille Chalets » et est qualifié de « Petit Tyrol Français ».
Ce n’est pas un hasard si les lieux que vont traverser les ultra-coureurs de l’UTB reflètent la magnificence, la dureté et l’exceptionnalité de ce massif.
La toponymie est l’explication des noms de lieux. Ces noms nous les utilisons, ces lieux nous les traversons, sans jamais nous poser la question de leur origine. Origines quelques fois curieuses, parfois surprenantes et toujours sujettes à caution.
Dans l’étymologie, il faut faire la part de la légende et de l’Histoire…
Petit lexique toponymique et oronymique (étude des noms de montagne), dans le sens de la course…
Mais commençons par la vedette du week-end, le maître des lieux : Le Beaufortain Il tire son nom de son chef-lieu, le village de Beaufort. « Beaufort » est composé de « beau » et de « fort ». « Fort » venant du latin « fortis » qui signifie « robuste, solide ». Dans le vocable savoyard, « fort » est lié à un « endroit fortifié, à une « forteresse ». En attestent la présence de nombreux châteaux médiévaux et d’une « maison forte » (petit fortin) dans la région. Le Beaufortain est l’un des 4 grands massifs de Savoie.
Le nom « Savoie » provient de l’ancien territoire « Sapaudie » (en latin « Sapaudia » vers 354) qui signifie « forêt de sapins » ou « pays des sapins », issu de la racine gauloise « sapo » (« sapin ») et « vidia » (forêt, arbre, bois).
Le parcours de l’UTB :

(Plan d’eau de) Queige Le nom du village de départ de l’UTB viendrait du latin « quietus » et signifierait « lieu de repos ». Ce qui sera vrai à la fin de la course…

 

Villarasson « Villard » dérive du bas-latin « villare » qui signifie « hameau » (Villard de Lans, Villargerel, Villaroger…). « Asson » serait dérivé du patois « Asse » : nom du « If », petit arbre longévif.
(Route de) Molliessoulaz Ce nom de hameau possède deux racines. « Mollie » vient de « molliare » qui veut dire « mouiller ». Quant à « soulaz », il dérive du latin « soles » et désigne la chaussure ou la plante du pied. Molliessoulaz, c’est « mouille-chaussures », donc attention ou vous mettrez vos baskets…

Les Chappes (certainement Chappaz, note de l’UTB) Dans le patois savoyard, la « chappe » ou « chape » peut désigner un lieu où l’on trouve un petit édifice religieux (même racine que « chapelle ») ou, plus vraisemblablement ici, une remise, un hangar, un abri sommaire pour la récolte (du patois « chapit » : « cabane en planches, fenil »)
Plat des Challières « Challières » provient du patronyme « Challier ». Certains avancent que cela aurait un rapport avec le mot régional « chalance » : « éboulis en montagne » (racine que l’on retrouve dans les toponymes Avanchers, Chalanson, Challanches… et dans le mot « avalanche »). La présence de la Roche Pourrie à proximité sert cette hypothèse.
(Col de) La Roche Pourrie La Roche Pourrie doit son nom à des schistes gréseux très friables. On retrouve la même explication pour le Mont Pourri en Vanoise.

 L’Aulp de Tours « Au », « Aup », « Aulp », signifient « Alpages, pâturages d’été en montagnes ». L’Aulp de Tours sont donc les alpages qui surplombent le village de Tours en Savoie, en Tarentaise. On peut voir quelques fois ce lieu écrit sous la forme de « Hauts de Tours ». « Haut » est très souvent une réinterprétation de « Aulp ».
Piste de Bellachat On trouve des « Bellachat » dans toutes les Alpes. Le préfixe « Bel » signifie « beau, belle ». « Cha » est issu du gaulois « calmis », sommet engazonné, souvent difficile d’accès et de végétation maigre. Le vieux français « chaux » définit un « lieu improductif ». « Lachat » est d’ailleurs un mot régional qui désigne une hauteur caillouteuse avec buissons et herbes rases.
(Passage au pieds des sommets du) Mirantin et de la Grande Journée. « Mirantin »vient du bas latin « mirari » (admirer) et « miratorium » (miroir). « Mirantin » traduit probablement le beau point de vue depuis son sommet.
 « La Grande Journée » : en toponymie savoyarde, le « journal » est une mesure de superficie d’environ un tiers d’hectare. Etymologiquement cela correspond à une étendue de terre qui peut être travaillée (labourée ou fauchée) en un jour. Ce terme peut aussi désigner la superficie de pâturage nécessaire à la consommation journalière du bétail.

(Col de) La Bathie Fenêtre grande ouverte sur le Mont Blanc, ce col se trouve sur la commune de La Bâthie. En vieux français « bâtie » veut dire « bâtiment fortifié, château », c’est un dérivé de « bastir », « construire ». Le « La Bathie » de Tarentaise a été nommé ainsi après la construction du château de Chantemerle (XIII siècle).
(Refuge) des Arolles. Lieu du premier ravitaillement (kms 17,5). L’aroles est une espèce de pin appelé aussi pin cembro. En gaulois « arulla » est le diminutif de « arwa » pouvant se traduire par « conifère ».

(Alpages des) Combettes En savoyard, une « combe » est une vallée à flanc de montagne
(Piste de ski des) Bonnets Rouges Le nom de cette piste de ski nous renvoie à un évènement de l’Histoire. Au XVIIème siècle, des bagnards purgeaient leur peine en effectuant des travaux harassants sur ces pentes. Ils portaient, pour être facilement repérables, un bonnet rouge…
(Sous la) Tête de Cuvy Dans le vocable alpin, la « tête » est : le sommet, l’extrémité. Cela provient du bas latin « testa » qui signifie « tête, crâne ». « Cuvy » désigne un site en forme d’entonnoir, de cuvette. C’est un endroit creux. Cela vient du latin « cupa » : grand vase en bois de forme évasée.
Chalets de Rognoux « Rognoux » signifie sommet de forme arrondie, rognée, pelée. Du latin « rotundiare » : rogner. On trouve en Savoie beaucoup de « rognoux », « rognes », « rognons », « rognolets »…
(Téléski des) Grangettes Contrairement aux apparences, en patois local, une « grangette » n’est pas une petite grange. C’est un terme qui désigne un corridor permettant la desserte des mangeoires d’une étable.
Lac de Saint Guérin Saint Guérin était un moine cistercien a fondé l’abbaye de Notre Dame d’Aups en Savoie avant d’être Evêque de Sion (Valais suisse). D’autres lieux (chapelle,…) porte ce nom dans les Alpes.

Cormet d’Arêches « Cormet », c’est un « col » dans le patois du Beaufortain (on trouve aussi, le « Cormet de Roselend »), probablement issu du latin « culmen » qui signifie « faîte, sommet) ». « Arêches » désigne un lieu défriché ; du patois « arachi » : « arracher, essarter, défricher ». Par prolongation « arâches » est l’équivalent franco provençal de « arage » : « terre labourable ».
Col du Coin « Coin », du latin « cuneus » : angle, petit espace, lieu retiré… Attendez-vous à être, ici, isolé du Monde…

 

Lac d’Amour « Amour » est à considérer au sens générique : amour = paix. Lac où règne une totale quiétude…
Le Col à Tutu OU le Passeur de la Mintaz « Tutu » est le surnom d’un randonneur qui, avec des amis, a placardé une pancarte calligraphiée en lettres gothiques au col. Le nom plus officiel de ce passage étant : Le passeur de la Mintaz. Un « passeur », en savoyard, c’est un sentier, un col, un passage. Quant à « Mintaz », il faut le rapprocher de « Montaz », du latin « Montana » = « Montée », plus exactement « pente, voie par laquelle on gravit une éminence ». Il est à noter que de nombreux noms de lieux savoyards se terminent par « az » Il s’agit là d’une survivance de l’arpitan (« franco-provençal », langue romane parlée en France, en Suisse et en Italie). Le « az » indique la syllabe accentuée et est souvent prononcé « e » : La Giettaz se dit La Giette ; La Clusaz, la Cluse ; La Forclaz, la Forcle et la Mintaz, la Minte…).

(près de la) Pierra Menta. La Pierra Menta, rendue célèbre par l’illustre course de ski-alpinisme du même nom, c’est la « pierre du milieu » ou la « pierre montée ». La légende raconte que quand Gargantua (héros d’un roman de Rabelais) s’en vint dans le pays de Savoie, il dû traverser les Aravis. Très vite, escarpements, côtes et ravins ralentirent sa progression. Face à un rempart de montagnes, non décidé à faire un grand détour, il décocha un terrible coup de pied dans la roche qui fit voler un énorme bloc à « plus de huit lieues vers le sud ». Ce rocher, qui se planta tout droit comme un piquet, fut appelé « Pierra Menta ». La brèche qui en résulta devint le « col des Aravis » (porte des Aravis)…

Col du Bresson A pour origine le patronyme « Bresson », du prénom vieux français « Brès, Bris » (qui a donné « Brice »), du franco-provençal « Brousson » qui signifie « buisson, broussaille », sobriquet souvent donné en raison d’une chevelure foisonnante…
Lac de Presset L’origine de « Presset », nom porté par le refuge, la pointe, le lac et le lieu-dit, reste une énigme.
Col du Grand Fond Il y a « fond » et « fonds ». « Fond » est à prendre au sens « extrémité », « fond du précipice ». Ce qui est le cas quand on se trouve au Col du Grand Fond ou une vue plongeante s’offre à vous vers des fonds abyssaux… « Fonds » avec un « s » est lié à un esprit de « propriété terrienne », « domaine », de l’ancien français « fons », « terre dont quelqu’un est propriétaire ». situé à l’extrémité de la commune de la Côte d’Aime, cela pourrait exprimer l’éloignement (note de l’UTB).
Brèche de Parozan En terme montagnard, une brèche est une entaille sur une crête, un petit col ou passage. Cela provient du francique « breka » qui signifie « brisé ».
 
Pour « Parozan », l’origine demeure inconnue.
(Panorama sur le ) Lac de Roselend « Roselend » n’a rien à voir avec la couleur « rose », même si une explication loufoque affirme que « Roselend » serait la contraction de « rose » et « land » : la « terre rose », en se basant sur l’effet provoqué par les immenses talus de rhododendrons en fleurs… « Roselend » provient du germanique « rauza » : « roseau, jonc ». Cela désigne un lieu humide, voire marécageux, où poussent des roseaux.
Ruine de la Grande Berge et Chalet de la Petite Berge « Berge », mot générique français, « talus naturel, bord élevé d’un cours d’eau, d’un canal, du latin « barica », « bord ».

Refuge de Plan Mya En vieux savoyard, le « plan », est un plateau sur une montagne. « Mya » est un mot d’ancien patois qui signifie « mont ». Du vieux savoyard « mià » : « petite meule de foin ». Par métaphore, «mya » est un sommet conique qui a la forme d’une meule.
Refuge du Plan de la Laie Pour le toponyme « Laie », l’hypothèse la plus probable avance que « laie » est à rapprocher de « Lé » qui, en patois, signifie « pierre plate, dalle, falaise ». Les falaises du Roc du Vent, dominant ces lieux en sont certainement l’explication. (note de l’UTB). D’autant plus que « laie » peut dériver du mot régional « lachat » qui veut dire « hauteur caillouteuse avec buissons ou herbe maigre ».
(Chalet du ) Roc du Vent Le Roc du Vent est un sommet d’altitude modeste (2360 m) qui constitue un but de randonnée très gratifiant avec une marche assez courte dans un cadre magnifique. Une via ferrata audacieuse parcourt l’arête rocheuse et se termine de manière originale par la traversée d’un tunnel qui avait été construit en avant-projet pour la route devant relier Evian à Menton par les cols des Alpes. En règle générale, quand il y a le terme « vent » dans un toponyme cela désigne un site balayé par un vent du Sud-Ouest et, par extension, la direction du Sud-Ouest.
Col des Sauces « Sauce », issu du latin « salice, salix » qui se traduit par « saule », arbre poussant dans des zones fraîches et humides, à proximité d’un ruisseau. Ce toponyme (que l’on retrouve dans de nombreux noms : Saugey, Saussaz, La Sauce, Le Sauzet,…) atteste de la présence de saules et d’humidité…
 
Crêtes des Gîtes « Gîtes » vient de l’ancien français « gitte » qui veut dire « rejet ». Cela désigne un bois taillé régulièrement pour en exploiter les repousses. C’est une variante de « Giettaz » que l’on trouve dans les Aravis. Un « get » est un couloir servant à descendre du bois en montagne ; le « gietus » était le droit de descendre ce bois.
Refuge et Col du Bonhomme Beaucoup de lieux en montagne sont associés au mot « bonhomme ». Il s’agit là d’un endroit où se trouve un empilement de pierres (« cairn ») anthropomorphique (en forme de silhouette humaine). Dans toutes les montagnes du monde on retrouve ces montages. En Allemangne, ces cairns sont appelés « steinmann » (« homme de pierre ») ; en italien, « omèt » (« petit homme ») ; même chez les Inuits il existe un tel terme : « inunnguat » (« imitation d’une personne »). Ces pratiques seraient à l’origine du culte d’Hermès, le Dieu des voyages et des bergers. L’habitude d’ériger des monticules de cailloux dans un objectif de repérage aurait amené à créer des cultes héroïques locaux. En grec, ces monceaux de pierre sont des « Hermios ». Entre le refuge et le col du Bonhomme, il y a d’ailleurs un passage qui s’appelle : le Grand Cairn.
Chemin du Curé Ce chemin vertigineux a été construit en 1891 et 1892. Il a été commandé par le chanoine (membre du clergé au service d’une église) H.Frison pour faciliter la communication entre deux chalets d’une montagne appartenant au chanoine : du chalet de l’Applateur au chalet de la Saussaz où se trouve une source d’eau limpide et abondante.

Hameau et Col de la Gittaz (voir Crêtes des Gîtes)

(Hauteurs de la vallée d’) Hauteluce Composé de « Haute » et de « Luce ». « Haute », du latin « alta » signifiant « en hauteur » ; « Luce » provient de l’ancien nom (fin du XII ième siècle) du village de Beaufort : « Lucia », du nom d’une villa romaine. « Hauteluce » : hameau qui surplombe Beaufort.
Col de la Fenêtre En oronymie, une « fenêtre » est un col escarpé, un endroit ouvert en montagne avec une vue sur les deux versants (du latin « fenestra », « trou, ouverture) Un autre vocable local désigne un col : « Forclaz » (petit col en forme de fourche). Il s’agit là d’une tautologie (le fait de dire deux fois la même chose comme « montez en haut ») comme on en trouve beaucoup dans les noms de sites de montagne. Le Col de la Fenêtre ou Col de la Forclaz (= Col du Col), la Cascade de la Pisse (Pisse = cascade), le lac Léman (Léman = lac),…
Col du Joly « Joly » provient vraisemblablement du patronyme Joly, ancienne variante de « joli » (gai, joyeux)
 
(Sous les) Aiguilles Croches « Croche » vient de l’ancien français « croche » qui signifie « crochet ». Cela évoque la forme du sommet des aiguilles en question.
Croix de Pierre Beaucoup de toponymes de montagne comprennent le mot « croix ». Cela signifie en général qu’une croix est planté à l’emplacement en question mais, à l’origine, « croix « représente une « croisée des chemins », un « carrefour ». Quant à « Pierre », un sandwich au Beaufort offert à celui qui connait ce Pierre en question…
Col du Véry et Mont de Vorès « Véry » et « Vorès » ont la même origine. « Vorè », dans le patois du cru, est l’aulne de montagne (arbre poussant sur des sols humides). Ces appellations laissent imaginer que ces endroits foisonnent de ce type de végétaux. « Vorè » a aussi donné « verosse », toponyme très répendu (St Nicolas de Véroce,…)
Mont Clocher « Clocher » désigne un sommet élancé et pointu dont la forme évoque celle d’un clocher.
(Parking de ) Plan Corbet « Corbet » est un patronyme très répandu (famille des sobriquets), qui qualifie une personne voûtée (du latin « curvus » : « courbe, coubé, recourbé »)
Col de la Lézette « Lézette » provient du patois « lé » : « pierre plate, dalle, falaise  ». Sur un topoguide des années 30, ce col était mentionné: Col de la Lézettaz (note de l’UTB)
 
 Les Saisies Le nom Saisies proviendrait de la perception de taxes diverses (taille, gabelle,…) qui avait lieu à cet endroit. La « saisine » est un terme de droit médiéval désignant la propriété ou la jouissance d’un bien matériel ou immatériel comme une redevance. Une variante, légèrement différente, affirme que « saisies » est à prendre au sens premier du mot, à savoir que, lorsque les paysans montaient là-haut pour une foire traditionnelle, les douaniers et gendarmes réclamaient des comptes aux mauvais payeurs et « saisissaient » leurs biens.

Ruisseau du Manant Rien à voir avec le « manant » au sens « paysan du moyen-âge ». En patois savoyard le « Nant » est un « Ruisseau ou Torrent ». Le préfixe « Ma » signifie lui « Mauvais ». Le « Manant » est donc le « Mauvais Ruisseau », un ruisseau probablement craint pour ses crues.

(Téléski des) Gentianes Hommage aux « gentianes », fleurs de montagnes. Il existe plusieurs espèces de gentianes. La gentiane de Koch, en forme de trompette, qui égaye les alpages, la gentiane printanière et son bleu inimitable. Espèce protégée, leur cueillette et leur ramassage sont interdits.
 Signal de Bisanne Un « signal », c’est un lieu situé sur une éminence, jadis équipé d’un poste de garde qui pouvait communiquer une alarme avec d’autres postes. Pour « Bisanne », il s’agit d’un vieil héritage : ancienne « villa Bisiana », domaine du gallo-romain Bisius.
Croix de Coste Pour « Coste », il y a deux possibilités. Soit cela provient d’un patronyme, soit cela désigne un terrain en pente à flanc de montagne, une pente ensoleillée, bien exposée (l’adret par opposition à l’ubac). Cela vient du français « côte », « le versant qui descend vers la vallée ».
Outrechenais Petit hameau très préservé au-dessus de Queige. Dans « Outrechenais », on entend « outre » et « chenais ». Le préfixe « outre » est régulièrement utilisé en toponymie pour définir un lieu situé au-delà d’un cours d’eau, d’une montagne, d’une agglomération plus importante ou autre. Cela provient du latin « ultra », « au-delà, par-delà). (exemples : Outrechaise, Outremont, Outrenant,…) Quant à « Chenais » (qui s’écrit souvent Chenay), il désigne un lieu où sont plantés des chênes, grands arbres forestiers. (On retrouve cette même racine dans les noms Chanaz, Chanois, Chagney, Chênoz, Chessin,…) Le nom « Outrechenais » provient donc de la situation du village, après une forêt de chênes…

 

                          
Torrent du Doron : On termine par une dernière tautologie. Le « Doron », en patois local, c’est un cours d’eau : une rivière, un ruisseau, un torrent (même racine que dans « Durance », « Drac », « Dranses », « Dordogne »…). Le torrent du Doron, c’est donc : Le torrent du torrent…
Si vous avez lu tout ça, pour sûr vous ferez l’UTB avec un œil différent. Comme le dit François Camoin, l’organisateur de cette course « Il n’y a pas que courir dans notre épreuve. « Je m’emploie à ce que l’UTB soit, au-delà d’un ultra-trail, un véritable week-end de dépaysement et de découverte. »
Bonne course à tous !
 Courpatas.
Sources : « Dictionnaire étymologique des noms de lieux de Savoie » d’Adolphe Gros « Nom de lieux de Suisse Romande, Savoie et environs » de Henry Suter « Les noms du paysage alpin » d’Hubert Bessat et Claudette Germi. « Le parler Savoyard » de Paul Guichonnet sur www.reblochon.net
Partager: